Vivre en maison à la campagne : un idéal pour les écologistes, un désastre pour l’écologie

Du point de vue de la préservation de l’environnement, ils justifient leur démarche en soutenant qu’un système productif ayant recours à l’industrie serait fondamentalement destructeur pour la nature et que cela ne sert donc à rien de chercher à le transformer. Et puisqu’il finira par s’effondrer brutalement un jour ou l’autre, il faut mieux en sortir complètement et construire dès aujourd’hui des micro-sociétés rurales “résilientes” en revenant à l’artisanat et aux techniques de l’ère préindustrielle. Pour ne pas trop m’éparpiller je publierai à la suite un autre article pour expliquer en quoi il me semble que cela serait désastreux, à la fois pour l’Homme et pour l’environnement, si nous allions vraiment tous au bout de cette logique [5]. Mais quoi qu’il en soit, actuellement pour la très grande majorité de ceux qui adhèrent à cet idéal, leur volonté de s’inscrire dans cette démarche va simplement se traduire par l’achat d’une maison avec jardin, de façon à pouvoir démarrer un petit potager et cultiver quelques tomates en permaculture. Paradoxalement cela impliquera donc en général une dépendance encore plus importante envers le “système qu’ils disent répudier et une empreinte environnementale bien plus élevée.

C’est de ce cadre de croyances qu’hérite aujourd’hui la très grande majorité des structures et des personnalités se revendiquant écologistes, ceux-là même qui imposent sans discussion à l’ensemble de la population leur conception de l’écologie. Ce mouvement, que je qualifierais “d’éco-romantique, n’est bien sûr pas totalement homogène. Entre les réformistes et les révolutionnaires, les décroissants et les partisans d’une croissance verte, il y a évidemment un certain nombre de divergences. Pourtant, qu’il s’agisse de la Deep Green Resistance ou des Colibris, des zadistes ou des youtubeurs #ilestencoretemps, de Dion, De Rugy, Hulot ou Jadot, lorsqu’il est question de distinguer ce qui est bon pour l’environnement de ce qui ne l’est pas, aucun n’échappe à ces biais. Aucun ne remettrait en question cette conviction que dans tous les cas ce qui vient de la nature est nécessairement plus sain que ce qui est produit par l’Homme, que ce qui est petit est plus vertueux que ce qui est gros, que ce sera forcément toujours plus pertinent de décentraliser la production et revenir à l’échelle locale. À côté de ça, on voit néanmoins émerger un autre courant, détaché de cet héritage culturel et de ses dogmes, adoptant une démarche plus pragmatique, moins réfractaire avec l’idée de progrès technique et plus attentive à ce que dit la science.  Le terme « éco-modernisme » me parait approprié [6].

Vivre ensemble ? 

Mais revenons à notre histoire de maisons. Aujourd’hui, pour près de 9 français sur 10, il s’agit du mode d’habitat le plus désirable. Evidemment, on ne peut pas expliquer cette préférence d’une si large fraction de la population simplement par la croyance que cela s’avérerait meilleur pour l’environnement. Il ne me semble pas non plus pour autant que vivre en maison soit une situation objectivement plus confortable que vivre en immeuble. Quoi qu’il en soit, il apparaît que dans le contexte actuel les avantages de l’habitat individuel sont vus beaucoup plus positivement que ceux de l’habitat collectif, et les inconvénients de celui-ci sont perçus de manière bien plus négative. Il y aurait sûrement plein de façons d’interpréter cette préférence. Pour moi cela illustre surtout l’évolution de notre rapport au collectif ces dernières décennies, le glissement progressif vers une société plus individualiste et un niveau de tolérance toujours plus faible aux contraintes imposées par la vie en collectivité.

maison-ile

Car quand on vit en appartement il faut supporter les odeurs de cassoulet du voisin du dessous, il faut baisser un peu la musique pour éviter que ne vienne râler celui du dessus, il faut se farcir les réunions de copropriété quand on veut avoir son mot à dire sur la couleur de la peinture de la cage d’escalier, il faut amener son gosse au parc d’à côté et lui apprendre à attendre patiemment son tour au toboggan. De façon général, lorsque l’on se rassemble, que l’on met en commun, que l’on mutualise, on profite des synergies et on fait donc des économies (de temps, de ressources, d’énergie,…) Mais en contrepartie, cela nous impose de prendre en considération les attentes et les besoins de l’autre, de nous soumettre à des règles et donc restreindre un peu nos libertés afin de ne pas piétiner sur celles du voisin. S’il est question ici du logement, on pourrait faire l’analogie avec d’autres domaines comme par exemple les transports. Mettre en mouvement une carcasse métallique d’une tonne à chaque fois que l’on doit déplacer nos 70 kg constitue un gaspillage d’énergie énorme, et à l’heure où les ressources en pétrole s’amenuisent tout le monde conçoit que ce n’est pas viable. Alors de la même façon, il faudrait que l’on commence à prendre conscience du gâchis que constitue le fait de construire et chauffer un bâtiment pour n’y loger qu’une seule famille, comme du gaspillage d’espace auquel on se livre lorsque l’on privatise plusieurs centaines de mètres carrés de verdure pour finalement n’en profiter que quelques heures par semaine.

Mais évidemment, il faut plus de temps pour construire un immeuble que pour s’acheter un vélo, et généralement on ne peut pas faire le choix de déménager aussi facilement que l’on déciderait de réduire sa consommation de fromage. Sachant qu’aujourd’hui près de 60% des français vivent en maison, la transition sera forcément longue. Pour la stimuler, il y aurait sûrement des leviers à actionner au niveau de la politique foncière, et les municipalités doivent poursuivre leurs efforts afin de rendre leurs villes plus silencieuses, plus propres, plus vertes, donc finalement plus désirables [7]. Mais avant toute chose, il faudrait déjà que l’on se fasse à l’idée que cette transition est effectivement nécessaire, en particulier parmi ceux qui s’érigent en porte-parole de la cause environnementale.

__

Pages : 1 2 3


[5] En attendant je vous propose la lecture de cet article et de ce manifeste.

[6] En référence au Manifeste pour un éco-modernisme que j’ai déjà cité plus haut (et  que je vous encourage à lire, bien qu’il soit un peu long). En France, parmi les personnes qui me semblent affiliées à ce courant, la plus médiatisée est probablement Jean-Marc Jancovici. Au niveau associatif, Sauvons Le Climat fait un très bon travail pour faire entendre un autre point de vue, malgré des moyens minuscules par rapport aux ONG “éco-romantiques”. En dehors de l’hexagone, on peut citer James Lovelock, George Monbiot ou Mark Lynas, ainsi que l’organisation Energy for Humanity.
Au sens où je l’entends il ne s’agit pas d’une posture “techno-solutionniste” – une confiance aveugle envers le progrès technique et la conviction que la technologie nous sauvera par elle même des problèmes environnementaux, sans que l’on n’ait à changer notre mode de vie. Il n’est pas non plus question du débat concernant la nécessité d’une croissance ou décroissance du PIB (d’ailleurs Jancovici est un fervent défenseur de l’idée que l’on ne peut pas décorréler la croissance de la consommation d’énergie de la croissance du PIB).

[7] A ce niveau là il faut noter un effet pervers, concernant ceux qui travaillent en ville mais vont habiter dans la couronne périurbaine (voire en zone rurale), notamment dans le but de fuir le bruit et la pollution causée par la circulation. Car en fait, ce bruit et cette pollution ce ne sont pas tant les citadins qui la causent mais surtout les personnes dans leur situation, vu qu’en allant vivre à la campagne ils deviennent dépendants de leur voiture pour se rendre à leur lieu de travail, en ville…

13 réflexions sur “Vivre en maison à la campagne : un idéal pour les écologistes, un désastre pour l’écologie

  1. c’est vraiment marcher sur la tete que de penser qu’il est plus écologique de vivre entassé dans un immeuble, forcément coupé de la nature…..ce qui est plus éologique, c’est de vivre dans la nature dans une cabane en bois ou une yourte. Ils est evident qu’une maison n’a rien d’écologique…. Il ne faut pas oublié que l »homme a quitté ses zones climatiques originelle ou iln’avais pas besoin d’energie: a partir du moment ou il a quitté ces zones, il s’est condamné. Le seul salut désirmais est un developpement spirituelle trés important pour pouvoir passer dans la 5eme dimention…

    J'aime

  2. Bonsoir. Je comprends votre point de vue, et notamment qu’on idéalise par trop la maison individuelle avec jardin. Mais il semble que vous idéalisez par trop la vie dans un collectif. Bien sur le storytelling de « l’habiter » doit changer pour passer le message que le collectif est l’avenir. Mais des décennies de constructions de m…. ont quand même pas mal torpillé cet idéal collectif. Dès lors que l’insonorisation est inexistante, que la qualité des matériaux est sujette à caution, que les aménagements sont pensés en dépit du bon sens, comment voulez vous que des gens adhèrent à ça ??

    J'aime

  3. Je trouve votre article très interressant , mais un peu obsolète , je m’explique, je vis en campagne dans un village peu peuplé, sa population a doublé en 5 ans et l’école s’est agrandit. les commerces aussi , il ya du coup des emplois pour gerer ce monde et les gens cherchent de plus en plus du travail dans et autour du village. Ils n’ont plus du tout envie d’aller à la ville. De plus nous avons ici de nombreux producteurs chez qui les villes se fournissent , cochons, pélardons, huile d’olive, maraichage . Nous avons donc des prix direct producteurs et ne faisons pas d’importations sur ces denrées. De nombreux villages autour de chez nous fonctionnent comme nous , nous mutualisons nos commandes et pivilégions le local. Et pourquoi faisons nous ça ? ceci n’est pas de la théorie mais de la pratique nous faisons tous ça car notre activité quotidienne est balade dans la nature, nous somme tellement prôche d’elle que nous avons plus conscience de la préserver. Avant j’étais en pleine ville , la conscience environnementale n’avait rien à voir, et le pire c’est que les mauvaises habitudes écologiques enville, comme elles sont partout, elles donnent des exemples de comportements à tous , et ça se généralise vite . Bref, je trouve que votre article est super en théorie, ça se défend, mais en pratique , il y a pleins de données qui ne sont pas prise en compte pour faire un VRAI comparatif . Bonne journée

    J'aime

  4. Ma démarche ne vise pas seulement à réduire les dégâts pour ceux qui vivent à la campagne, mais à offrir aux citadins une possiblité de vivre de manière plus écologique, moins consumériste et plus proche de la nature.

    En plus des points que j’ai mentionné dans ma réponse, je trouve que la campagne (je passe la plupart de mon temps dans un village de 2’500 habitants) offre davantage d’occasions pour être ensemble de manière non-commerciale: des repas en commun, des fêtes de village, des moments de partage…

    Personnellement, j’ai un problème avec les « rêveurs ». Souvent, leurs idées sont belles sur le papier, mais sont totalement irréalisables dans la pratique. Au contraire, je vise à créer des expériences facilement réalisables et facilement généralisables. Et finalement, dans mon approche, j’arrive plus facilement que eux à mettre en place une stratégie globale.

    J'aime

    • @ Marco

      [Personnellement, j’ai un problème avec les « rêveurs ». Souvent, leurs idées sont belles sur le papier, mais sont totalement irréalisables dans la pratique. Au contraire, je vise à créer des expériences facilement réalisables et facilement généralisables. Et finalement, dans mon approche, j’arrive plus facilement que eux à mettre en place une stratégie globale.]

      Pas facile d’échanger avec vous sur ce point, vu que “rêveur” “bricoleur” ce sont des notions que vous introduisez et je ne suis pas sûr de bien comprendre quel sens vous leur donnez.. Notamment par rapport aux articles “rêveurs” dont vous parliez, j’ai du mal à voir en quoi ce serait “totalement irréalisable dans la pratique” de vivre en ville. Et vous laissez entendre que vivre à la campagne sans voiture serait “facilement réalisables et facilement généralisables” alors qu’on voit dans votre article qu’il faut que de nombreuses conditions soient réunies.

      J'aime

  5. Je n’ai rien vu sur la contrepartie des villes dans cet article : les villes il faut les ravitailler. Tous. les. jours. C’est de très nombreux camions qui font la route tous les jours pour ravitailler tous les commerces. J’avais lu un bilan carbone très complet sur ce sujet (ville vs campagne) et la conclusion c’est que plus on concentre dans des villes alors plus on est loin (en moyenne) des zones de productions (nourriture et autres) et donc mathématiquement plus on consomme d’énergie pour ravitailler les villes. A l’inverse, plus on est éparpillé (plus petites ville), plus on est proche -en moyenne- des centres de production.
    Si je retrouve ce rapport je le posterai ici !

    Aimé par 1 personne

    • @Gantz

      C’est l’argument phare de ceux qui défendent qu’il faudrait mieux vivre à la campagne, mais quand on y regarde de plus près on voit qu’il a de grosses lacunes.

      Prenons déjà le cas du transport des aliments. En France, ces émissions représentent 30,4 MtCO2/an sur un total de 671 MteqCO2/an donc moins de 5% du total de nos émissions.
      https://www.iddri.org/sites/default/files/PDF/Publications/Catalogue%20Iddri/Rapport/Empreinte-Carbone_Alimentation_France_VF.pdf
      Bien sûr c’est pas parce qu’elles sont faibles qu’il faut pas essayer de les réduire. Mais du coup même dans le cas où vivre à la campagne permettrait de moins polluer à ce niveau-là, ça serait peu probable que ça compense tous les inconvénients que j’ai cité, notamment les hausses sur des postes d’émissions qui eux sont conséquents (le chauffage, les trajets en voiture,…)

      Par ailleurs, contrairement à ce que vous suggérez, les émissions dues au transports de marchandise ne sont pas proportionnelles à la distance parcourue. Car cela dépendant aussi du mode de transport, et en pratique plus on transporte de gros volumes et plus les émissions ramenées au km sont faibles.
      https://www.actu-environnement.com/ae/news/CGDD-bilan-carbone-circuits-courts-ademe-avis-socioeconomiques-18216.php4
      “Alors que « le transport routier » (camions, camionnettes, voiture) est le plus utilisé en circuits courts, les émissions générées peuvent parfois être plus élevées que les circuits longs, ramenées au kilogramme de produit transporté. Ainsi, un véhicule utilitaire léger de 3,5 tonnes, utilisé par un producteur pour vendre ses produits au marché, va émettre en moyenne 1.068 grammes de CO2 par tonne/kilomètre (g CO2/t.km) alors qu’un ensemble articulé de 40 tonnes transportant des marchandises sur une longue distance (du port de déchargement à une plateforme logistique de supermarché) va émettre seulement 84 g CO2/t.km, chiffre le CGDD.”

      Je rajoute cette source pour comparer aux émissions des portes-conteneurs :
      http://group-tmt.com/index.php?page=carbone
      Si on récapitule, transporter 1 kg de marchandise sur 1 kilomètre, ça émet :
      – 1068 g de CO2 en camionnette
      – 84 g de CO2 en poid lourd
      – 10 g de CO2 en porte-conteneur
      Donc quand on transporte un produit sur 10 km en camionnette, ça émet autant que si on le transporte sur 130 km en poids-lourd ou sur 1070 km en bateau. Du coup par rapport à la question ville/campagne, si on suppose qu’il s’agit dans les deux cas de produits de la région, en ville pour les transports du producteur au distributeur (en passant éventuellement par un grossiste) il va s’agir de gros volumes, donc typiquement ça sera réalisé par des poids-lourds. Même s’il faut quelques kilomètres de plus pour faire entrer les produits à l’intérieur de la ville, ça va pas avoir beaucoup d’influence, les émissions seront assez faibles. Et vu que l’habitat est dense, le transport du distributeur au domicile du consommateur pourra être fait avec des moyens de transports doux, donc éventuellement sans émissions. Alors qu’à la campagne, les quelques dizaines de kilomètre pour amener l’aliment du champ jusqu’à votre assiette ils seront faits par des camionnettes et probablement en partie par votre voiture. Donc même en supposant que le trajet serait un peu plus court c’est pas impossible que les émissions soient plus élevées. (J’imagine que dans votre rapport ils supposaient que le moyen de transport était le même ?)

      Pour les biens non-alimentaires, l’argument tient encore moins, notamment parce que dans la pratique à ce niveau-là rien n’est vraiment produit localement. Même si ces derniers temps c’est exacerbé par la mondialisation, ça ne date pas d’hier. C’est simplement que pour produire des objets à partir de matière brute, généralement il faut réaliser plein de procédés différents et donc passer par plein d’usines/ateliers différents. Rien qu’un truc tout bête comme une chaise, pour faire des planches il faut couper l’arbre, amener le bois jusqu’à la scierie, en parallèle pour fabriquer les clous, il faut extraire du minerai de fer, extraire le charbon, les mettre au fourneau, couler l’acier, l’usiner, après il faut envoyer tout ça chez l’ébéniste, puis chez le marchand de chaise, et enfin ça arrive chez vous. Donc même pour un objet aussi simple qui serait fabriqué en partie de manière artisanale on sent bien que ça peut pas tout se faire dans un rayon 10 km. Alors je vous parle pas de votre téléphone ou d’un panneau photovoltaïque. A partir de là on ne voit pas bien en quoi le fait d’habiter à la campagne permettrait de réduire significativement son bilan carbone, encore une fois ça risque même plutôt d’être l’inverse. Dans tous les cas la meilleure manière de réduire l’empreinte environnementale liée à sa consommation de biens matériels c’est tout simplement d’en acheter moins.

      J'aime

      • @Marco

        Je trouve que la démarche est intéressante, de toute manière dans la pratique il y aura toujours des gens qui habiteront à la campagne, soit parce qu’ils y travaillent (notamment les agriculteurs), ou parce que c’est quelque chose qui leur tient particulièrement à coeur. L’objectif de mon article n’est pas d’essayer de dissuader ces personnes (ou du moins, pas seulement!) mais avant tout de leur permettre de prendre conscience des méfaits que ce choix peut avoir pour l’environnement et de les encourager à réfléchir à la manière dont ils peuvent les atténuer. Comme on le voit dans votre article, pour être le moins possible dépendant de la voiture cela implique généralement de ne pas s’isoler totalement, de se rapprocher du centre d’un village, voir dans l’idéal d’habiter dans un appartement du bourg. Pour ceux qui souhaitent à tout prix avoir un jardin, il y a aussi des solutions intermédiaires entre l’immeuble et la maison, notamment les maisons mitoyennes où l’habitat peut finalement être assez dense – c’est assez typique dans certaines régions (notamment vers le nord de l’Europe) mais moins courant dans d’autres.

        Par contre concernant les deux profils rêveur/bricoleur que vous décrivez dans ces deux articles, je ne pense pas qu’il faille vraiment les mettre en opposition puisqu’il semble qu’ils ne poursuivent pas le même objectif. Celui que vous nommez “rêveur” essaye de voir le problème dans sa globalité et cherche une solution qui soit généralisable. Tandis que le “bricoleur” étudie le problème dans un cas particulier, et ce n’est pas parce que sa solution fonctionne dans son cas que cela marcherait dans tous les cas – notamment si tout le monde avait la même démarche. Donc je pense que les deux attitudes sont complémentaires et chacun peut adopter alternativement l’une ou l’autre.

        J'aime

      • [Si on récapitule, transporter 1 kg de marchandise sur 1 kilomètre, ça émet :
        – 1068 g de CO2 en camionnette
        – 84 g de CO2 en poid lourd
        – 10 g de CO2 en porte-conteneur
        Donc quand on transporte un produit sur 10 km en camionnette, ça émet autant que si on le transporte sur 130 km en poids-lourd ou sur 1070 km en bateau.]

        Ce genre de raisonnement qui fait sens pour une étude scientifique sinon il y aurait beaucoup trop de paramètres à prendre en compte mais c’est aussi ce qui en limite la portée, tout le monde n’ayant pas de quai d’amarrage de porte-conteneur devant chez soit.
        Sur 10Km sans dénivelé des livraison en vélo cargo sans assistance électrique est la plus efficaces aussi bien écologiquement, qu’économiquement.
        Si l’on compare le fonctionnement d’une ville idéale et « verte » et de la campagne pavillonnaire excentrée où les habitants travaillent en ville, c’est déjà une hypothèse biaisée.

        le problème est plus à chercher du côté du mode de vie choisi.
        Vouloir vivre à la campagne et travailler en ville (ou inversement), c’est déjà un non-sens écologique.
        On vit dans un système consumériste avec une économie globalisée.

        A chaque exemple on pourrait trouver un contre-exemple : une chaise sans clou taillée à même le tronc d’un arbre abattu a la main et tracté par des chevaux dans l’atelier de l’ébéniste local est possible.

        Comme la personne qui ne vit qu’au rythme du levé et couché du soleil donc sans besoin d’électricité faisant quotidiennement ses achats de viande comme au 19ème siècle, pour peu qu’elle ne soit pas végétarienne/ flexitarienne / etc…

        si on lui met en face, celle qui va en soirée plusieurs fois par semaine, mange au restaurant 5 jours sur 7, chauffe son 3 piece au convecteur électrique au 7ème étage avec ascenseur à 25 degrés alors qu’elle n’y passe clairement pas la plupart de son temps, elle a beau prendre tous les transports en communs du monde pas sur que ce soit plus écolo .

        « un petit parc entouré d’une dizaine de tours de vingt d’étages « , le coût écologique et technique de construction d’entretien de se genre de construction n’est pas nécessairement moindre que celui de retaper les constructions ancienne disséminés dans la campagne et nécessaire à ce millier de personnes

        la diversité de mode de vie, des besoins et aspirations entre les individus est telle qu’on ne peut pas statuer de manière générale sur la qualité plus écologique de la ville où de la campagne. On pourra toujours comparer tel ville avec tel coin de campagne et en déduire une conclusion mais ça ne veut pas dire que ce sera vrai en tout lieu et tout instant.

        J'aime

      • @RE:N

        [une chaise sans clou taillée à même le tronc d’un arbre abattu a la main]

        En effet, mais alors on pourrait reporter le problème sur la manière de fabriquer la scie et les outils nécessaires pour travailler le bois.

        [et tracté par des chevaux dans l’atelier de l’ébéniste local].

        Vous considérez que le bilan écologique de la traction animale est nul ? L’alimentation des bovins consomme des surfaces énormes et elle est indirectement responsable de la déforestation. Si on généralisait le transport par chevaux cela poserait certainement le même genre de problèmes.

        [« un petit parc entouré d’une dizaine de tours de vingt d’étages « , le coût écologique et technique de construction d’entretien de se genre de construction n’est pas nécessairement moindre que celui de retaper les constructions ancienne disséminés dans la campagne et nécessaire à ce millier de personnes]

        On peut tout aussi bien rénover des immeubles non ? De toute manière dans les deux cas c’est la même chose. Si la tendance est que les gens vivant initialement en maison cherchent à emménager dans des immeubles (ce qui me semble souhaitable) il faudra construire plus d’immeubles. Si la tendance est que les gens vivant en immeubles emménagent dans des maisons, il faudra construire plus de maisons. On pourra bien retaper par ci par là quelques immeubles/maisons abandonnées, mais ça restera marginal.

        [chauffe son 3 piece au convecteur électrique]

        Je rebondis sur ce point (même si ça nous éloigne un peu du sujet). Vous prenez le chauffage électrique dans l’exemple du mode de vie d’une personne typiquement “pas écolo”, alors qu’il s’agit d’un des modes de chauffage les moins émetteurs en gaz à effet de serre. En effet, en France l’électricité est produite principalement à partir d’énergie nucléaire et hydraulique et émet très peu de co2. D’autant plus si l’on compare au autres modes de chauffages les plus utilisées que sont le gaz et le fioul. Beaucoup de français pensent, comme vous, que le chauffage électrique serait très polluant, cette idée s’est répandu car les mouvements “éco-romantiques” ont longtemps milité contre, afin d’affaiblir EDF et donc la filière nucléaire. Ca s’est traduit notamment par mesures insensés dans le RT2012 afin de dissuader le recours au chauffage électrique, dont l’objectif affiché était de soutenir les énergies renouvelables mais concrètement cela a surtout renforcé l’usage du gaz, et donc les émission de co2 et de particules fines…
        https://www.lemoniteur.fr/article/il-faut-le-dire-brutalement-la-rt-2012-favorise-le-gaz.1492294
        https://www.sauvonsleclimat.org/fr/base-documentaire/reglementation-technique-appliquee-au-batiment-rt-2020

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s