Vivre en maison à la campagne : un idéal pour les écologistes, un désastre pour l’écologie

Si la protestation a pris depuis une dimension bien plus large, l’émergence du mouvement des Gilets jaunes avait d’abord mis au centre du débat la question de la fiscalité carbone, et indirectement celle de l’aménagement du territoire. Pour faire court, les milieux aisés et diplômés s’étant progressivement rassemblés dans les centres-villes des métropoles au cours des dernières décennies, l’envolée des prix du foncier a mécaniquement renvoyé les classes populaires dans la “France périphérique” : les petites villes, les zones rurales ou périurbaines. [1] Ces territoires ayant été aménagés dans un contexte où l’usage de la voiture s’était déjà démocratisé et où le pétrole était encore bon marché, l’habitat y est beaucoup moins dense et principalement pavillonnaire. Lorsque pour une raison ou pour une autre le prix des carburants s’envole, c’est cette frange de la population qui est la plus impactée, puisqu’en ville les catégories supérieures sont beaucoup moins dépendantes de la voiture. Etant donné le large soutien de l’opinion publique aux Gilets jaunes, tous les partis politiques de l’opposition ont rapidement dû se positionner contre cette hausse de taxes. La situation était particulièrement inconfortable pour les mouvements écologistes, qui se retrouvaient alors contraints de rejeter une mesure qu’ils avaient défendu pendant longtemps. Pour éviter d’être pris dans une contradiction, il fallait donc qu’ils proposent d’autres solutions.

Pour sortir du diesel, il faudra commencer par sortir de la maison

On peut agir à deux niveaux lorsque l’on souhaite diminuer l’empreinte carbone liée aux trajets du quotidien. D’une part, en réduisant la distance à parcourir lors de ces déplacements. Ici la variable en jeu est la proximité géographique de son logement avec les différents lieux où l’on doit se rendre quotidiennement (lieu de travail, loisirs, commerces, école,…). D’autre part, en réduisant l’empreinte écologique de ces déplacements pour chaque kilomètre parcouru. Il s’agit alors de changer la manière de se déplacer, généralement en substituant la voiture à des moyens de transports doux. Mais on sent bien que le deuxième point est directement lié au premier, que le choix du mode de transport dépend fortement de la manière dont est aménagé le territoire où l’on réside. Il n’y a que lorsque les distances sont suffisamment courtes que l’on peut envisager de les parcourir à vélo ou à pied. Il n’y a qu’aux endroits où l’habitat est dense que les réseaux de transports en commun sont suffisamment développés pour que cela soit possible d’y réaliser ces trajets dans un délai raisonnable. Ainsi, lorsqu’un écolo réfléchit à des solutions pour réduire notre dépendance aux combustibles fossiles, une des conclusions qui devrait s’imposer naturellement à lui est qu’il faut chercher à densifier l’habitat, donc nous encourager à vivre en immeuble en ville, plutôt qu’en maison à la campagne.

Si cela ne vous parait pas si évident, vous pouvez faire quelques petits calculs d’ordre de grandeur. Imaginez un quartier avec un petit parc entouré d’une dizaine de tours de vingt d’étages. Dans à peine un hectare on peut réussir à loger plusieurs milliers de personnes. On pourrait même trouver, dans un rayon de quelques dizaines ou centaines de mètres, une école, des commerces, des équipements sportifs, et le passage de lignes de métro/bus/tramway y serait parfaitement justifié. Si maintenant on essaye de visualiser l’espace qu’il faudrait pour loger la même population dans des maisons individuelles entourées d’un jardin et en tenant compte des voies pour accéder à chacune d’entre elles, on se rend facilement compte que l’on parle cette fois de plusieurs km². Ou du moins si l’on considère que les maisons sont accolées les unes aux autres comme dans les pavillons périurbains. Mais si on imagine que ces personnes vivent véritablement à la campagne, que les propriétés sont plutôt isolées ou regroupées en petits hameaux, cela se comptera plutôt en dizaines de km². 

Ce problème de mobilité n’est pas la seule raison pour laquelle l’habitat individuel est bien moins vertueux pour l’environnement que l’habitat collectif. Pour une même surface habitable, et toutes choses égales par ailleurs, ces logements consomment forcément plus d’énergie pour le chauffage car la surface en contact avec l’extérieur est plus importante [2]. De la même manière, on conçoit facilement que les maisons nécessitent davantage de matériaux de construction. Et elles conduisent les collectivités à entreprendre des travaux, forcément bien plus conséquents qu’en milieu urbain, pour construire les réseaux de routes, d’eau, d’électricité, de télécommunication,… Enfin, il faut aussi tenir compte des conséquences du changement d’affectation des sols. L’habitat individuel étant bien plus consommateur d’espace que le collectif (jusqu’à 15 fois plus), si on maintient la surface utilisée par l’agriculture à une valeur fixe, cela implique indirectement moins d’espaces naturels, et notamment moins d’arbres, donc moins de carbone stocké.

Suite de l’article page suivante

Pages : 1 2 3


[1] Cela rejoint les analyses de Christophe Guilluy, sur le sujet vous pouvez lire par exemple cet interview ou celui-ci.

[2] D’un point de vue thermique ça se comprend facilement, on peut faire l’analogie avec les manchots qui se collent les uns aux autres pendant les périodes de grand froid.

13 réflexions sur “Vivre en maison à la campagne : un idéal pour les écologistes, un désastre pour l’écologie

  1. c’est vraiment marcher sur la tete que de penser qu’il est plus écologique de vivre entassé dans un immeuble, forcément coupé de la nature…..ce qui est plus éologique, c’est de vivre dans la nature dans une cabane en bois ou une yourte. Ils est evident qu’une maison n’a rien d’écologique…. Il ne faut pas oublié que l »homme a quitté ses zones climatiques originelle ou iln’avais pas besoin d’energie: a partir du moment ou il a quitté ces zones, il s’est condamné. Le seul salut désirmais est un developpement spirituelle trés important pour pouvoir passer dans la 5eme dimention…

    J'aime

  2. Bonsoir. Je comprends votre point de vue, et notamment qu’on idéalise par trop la maison individuelle avec jardin. Mais il semble que vous idéalisez par trop la vie dans un collectif. Bien sur le storytelling de « l’habiter » doit changer pour passer le message que le collectif est l’avenir. Mais des décennies de constructions de m…. ont quand même pas mal torpillé cet idéal collectif. Dès lors que l’insonorisation est inexistante, que la qualité des matériaux est sujette à caution, que les aménagements sont pensés en dépit du bon sens, comment voulez vous que des gens adhèrent à ça ??

    J'aime

  3. Je trouve votre article très interressant , mais un peu obsolète , je m’explique, je vis en campagne dans un village peu peuplé, sa population a doublé en 5 ans et l’école s’est agrandit. les commerces aussi , il ya du coup des emplois pour gerer ce monde et les gens cherchent de plus en plus du travail dans et autour du village. Ils n’ont plus du tout envie d’aller à la ville. De plus nous avons ici de nombreux producteurs chez qui les villes se fournissent , cochons, pélardons, huile d’olive, maraichage . Nous avons donc des prix direct producteurs et ne faisons pas d’importations sur ces denrées. De nombreux villages autour de chez nous fonctionnent comme nous , nous mutualisons nos commandes et pivilégions le local. Et pourquoi faisons nous ça ? ceci n’est pas de la théorie mais de la pratique nous faisons tous ça car notre activité quotidienne est balade dans la nature, nous somme tellement prôche d’elle que nous avons plus conscience de la préserver. Avant j’étais en pleine ville , la conscience environnementale n’avait rien à voir, et le pire c’est que les mauvaises habitudes écologiques enville, comme elles sont partout, elles donnent des exemples de comportements à tous , et ça se généralise vite . Bref, je trouve que votre article est super en théorie, ça se défend, mais en pratique , il y a pleins de données qui ne sont pas prise en compte pour faire un VRAI comparatif . Bonne journée

    J'aime

  4. Ma démarche ne vise pas seulement à réduire les dégâts pour ceux qui vivent à la campagne, mais à offrir aux citadins une possiblité de vivre de manière plus écologique, moins consumériste et plus proche de la nature.

    En plus des points que j’ai mentionné dans ma réponse, je trouve que la campagne (je passe la plupart de mon temps dans un village de 2’500 habitants) offre davantage d’occasions pour être ensemble de manière non-commerciale: des repas en commun, des fêtes de village, des moments de partage…

    Personnellement, j’ai un problème avec les « rêveurs ». Souvent, leurs idées sont belles sur le papier, mais sont totalement irréalisables dans la pratique. Au contraire, je vise à créer des expériences facilement réalisables et facilement généralisables. Et finalement, dans mon approche, j’arrive plus facilement que eux à mettre en place une stratégie globale.

    J'aime

    • @ Marco

      [Personnellement, j’ai un problème avec les « rêveurs ». Souvent, leurs idées sont belles sur le papier, mais sont totalement irréalisables dans la pratique. Au contraire, je vise à créer des expériences facilement réalisables et facilement généralisables. Et finalement, dans mon approche, j’arrive plus facilement que eux à mettre en place une stratégie globale.]

      Pas facile d’échanger avec vous sur ce point, vu que “rêveur” “bricoleur” ce sont des notions que vous introduisez et je ne suis pas sûr de bien comprendre quel sens vous leur donnez.. Notamment par rapport aux articles “rêveurs” dont vous parliez, j’ai du mal à voir en quoi ce serait “totalement irréalisable dans la pratique” de vivre en ville. Et vous laissez entendre que vivre à la campagne sans voiture serait “facilement réalisables et facilement généralisables” alors qu’on voit dans votre article qu’il faut que de nombreuses conditions soient réunies.

      J'aime

  5. Je n’ai rien vu sur la contrepartie des villes dans cet article : les villes il faut les ravitailler. Tous. les. jours. C’est de très nombreux camions qui font la route tous les jours pour ravitailler tous les commerces. J’avais lu un bilan carbone très complet sur ce sujet (ville vs campagne) et la conclusion c’est que plus on concentre dans des villes alors plus on est loin (en moyenne) des zones de productions (nourriture et autres) et donc mathématiquement plus on consomme d’énergie pour ravitailler les villes. A l’inverse, plus on est éparpillé (plus petites ville), plus on est proche -en moyenne- des centres de production.
    Si je retrouve ce rapport je le posterai ici !

    Aimé par 1 personne

    • @Gantz

      C’est l’argument phare de ceux qui défendent qu’il faudrait mieux vivre à la campagne, mais quand on y regarde de plus près on voit qu’il a de grosses lacunes.

      Prenons déjà le cas du transport des aliments. En France, ces émissions représentent 30,4 MtCO2/an sur un total de 671 MteqCO2/an donc moins de 5% du total de nos émissions.
      https://www.iddri.org/sites/default/files/PDF/Publications/Catalogue%20Iddri/Rapport/Empreinte-Carbone_Alimentation_France_VF.pdf
      Bien sûr c’est pas parce qu’elles sont faibles qu’il faut pas essayer de les réduire. Mais du coup même dans le cas où vivre à la campagne permettrait de moins polluer à ce niveau-là, ça serait peu probable que ça compense tous les inconvénients que j’ai cité, notamment les hausses sur des postes d’émissions qui eux sont conséquents (le chauffage, les trajets en voiture,…)

      Par ailleurs, contrairement à ce que vous suggérez, les émissions dues au transports de marchandise ne sont pas proportionnelles à la distance parcourue. Car cela dépendant aussi du mode de transport, et en pratique plus on transporte de gros volumes et plus les émissions ramenées au km sont faibles.
      https://www.actu-environnement.com/ae/news/CGDD-bilan-carbone-circuits-courts-ademe-avis-socioeconomiques-18216.php4
      “Alors que « le transport routier » (camions, camionnettes, voiture) est le plus utilisé en circuits courts, les émissions générées peuvent parfois être plus élevées que les circuits longs, ramenées au kilogramme de produit transporté. Ainsi, un véhicule utilitaire léger de 3,5 tonnes, utilisé par un producteur pour vendre ses produits au marché, va émettre en moyenne 1.068 grammes de CO2 par tonne/kilomètre (g CO2/t.km) alors qu’un ensemble articulé de 40 tonnes transportant des marchandises sur une longue distance (du port de déchargement à une plateforme logistique de supermarché) va émettre seulement 84 g CO2/t.km, chiffre le CGDD.”

      Je rajoute cette source pour comparer aux émissions des portes-conteneurs :
      http://group-tmt.com/index.php?page=carbone
      Si on récapitule, transporter 1 kg de marchandise sur 1 kilomètre, ça émet :
      – 1068 g de CO2 en camionnette
      – 84 g de CO2 en poid lourd
      – 10 g de CO2 en porte-conteneur
      Donc quand on transporte un produit sur 10 km en camionnette, ça émet autant que si on le transporte sur 130 km en poids-lourd ou sur 1070 km en bateau. Du coup par rapport à la question ville/campagne, si on suppose qu’il s’agit dans les deux cas de produits de la région, en ville pour les transports du producteur au distributeur (en passant éventuellement par un grossiste) il va s’agir de gros volumes, donc typiquement ça sera réalisé par des poids-lourds. Même s’il faut quelques kilomètres de plus pour faire entrer les produits à l’intérieur de la ville, ça va pas avoir beaucoup d’influence, les émissions seront assez faibles. Et vu que l’habitat est dense, le transport du distributeur au domicile du consommateur pourra être fait avec des moyens de transports doux, donc éventuellement sans émissions. Alors qu’à la campagne, les quelques dizaines de kilomètre pour amener l’aliment du champ jusqu’à votre assiette ils seront faits par des camionnettes et probablement en partie par votre voiture. Donc même en supposant que le trajet serait un peu plus court c’est pas impossible que les émissions soient plus élevées. (J’imagine que dans votre rapport ils supposaient que le moyen de transport était le même ?)

      Pour les biens non-alimentaires, l’argument tient encore moins, notamment parce que dans la pratique à ce niveau-là rien n’est vraiment produit localement. Même si ces derniers temps c’est exacerbé par la mondialisation, ça ne date pas d’hier. C’est simplement que pour produire des objets à partir de matière brute, généralement il faut réaliser plein de procédés différents et donc passer par plein d’usines/ateliers différents. Rien qu’un truc tout bête comme une chaise, pour faire des planches il faut couper l’arbre, amener le bois jusqu’à la scierie, en parallèle pour fabriquer les clous, il faut extraire du minerai de fer, extraire le charbon, les mettre au fourneau, couler l’acier, l’usiner, après il faut envoyer tout ça chez l’ébéniste, puis chez le marchand de chaise, et enfin ça arrive chez vous. Donc même pour un objet aussi simple qui serait fabriqué en partie de manière artisanale on sent bien que ça peut pas tout se faire dans un rayon 10 km. Alors je vous parle pas de votre téléphone ou d’un panneau photovoltaïque. A partir de là on ne voit pas bien en quoi le fait d’habiter à la campagne permettrait de réduire significativement son bilan carbone, encore une fois ça risque même plutôt d’être l’inverse. Dans tous les cas la meilleure manière de réduire l’empreinte environnementale liée à sa consommation de biens matériels c’est tout simplement d’en acheter moins.

      J'aime

      • @Marco

        Je trouve que la démarche est intéressante, de toute manière dans la pratique il y aura toujours des gens qui habiteront à la campagne, soit parce qu’ils y travaillent (notamment les agriculteurs), ou parce que c’est quelque chose qui leur tient particulièrement à coeur. L’objectif de mon article n’est pas d’essayer de dissuader ces personnes (ou du moins, pas seulement!) mais avant tout de leur permettre de prendre conscience des méfaits que ce choix peut avoir pour l’environnement et de les encourager à réfléchir à la manière dont ils peuvent les atténuer. Comme on le voit dans votre article, pour être le moins possible dépendant de la voiture cela implique généralement de ne pas s’isoler totalement, de se rapprocher du centre d’un village, voir dans l’idéal d’habiter dans un appartement du bourg. Pour ceux qui souhaitent à tout prix avoir un jardin, il y a aussi des solutions intermédiaires entre l’immeuble et la maison, notamment les maisons mitoyennes où l’habitat peut finalement être assez dense – c’est assez typique dans certaines régions (notamment vers le nord de l’Europe) mais moins courant dans d’autres.

        Par contre concernant les deux profils rêveur/bricoleur que vous décrivez dans ces deux articles, je ne pense pas qu’il faille vraiment les mettre en opposition puisqu’il semble qu’ils ne poursuivent pas le même objectif. Celui que vous nommez “rêveur” essaye de voir le problème dans sa globalité et cherche une solution qui soit généralisable. Tandis que le “bricoleur” étudie le problème dans un cas particulier, et ce n’est pas parce que sa solution fonctionne dans son cas que cela marcherait dans tous les cas – notamment si tout le monde avait la même démarche. Donc je pense que les deux attitudes sont complémentaires et chacun peut adopter alternativement l’une ou l’autre.

        J'aime

      • [Si on récapitule, transporter 1 kg de marchandise sur 1 kilomètre, ça émet :
        – 1068 g de CO2 en camionnette
        – 84 g de CO2 en poid lourd
        – 10 g de CO2 en porte-conteneur
        Donc quand on transporte un produit sur 10 km en camionnette, ça émet autant que si on le transporte sur 130 km en poids-lourd ou sur 1070 km en bateau.]

        Ce genre de raisonnement qui fait sens pour une étude scientifique sinon il y aurait beaucoup trop de paramètres à prendre en compte mais c’est aussi ce qui en limite la portée, tout le monde n’ayant pas de quai d’amarrage de porte-conteneur devant chez soit.
        Sur 10Km sans dénivelé des livraison en vélo cargo sans assistance électrique est la plus efficaces aussi bien écologiquement, qu’économiquement.
        Si l’on compare le fonctionnement d’une ville idéale et « verte » et de la campagne pavillonnaire excentrée où les habitants travaillent en ville, c’est déjà une hypothèse biaisée.

        le problème est plus à chercher du côté du mode de vie choisi.
        Vouloir vivre à la campagne et travailler en ville (ou inversement), c’est déjà un non-sens écologique.
        On vit dans un système consumériste avec une économie globalisée.

        A chaque exemple on pourrait trouver un contre-exemple : une chaise sans clou taillée à même le tronc d’un arbre abattu a la main et tracté par des chevaux dans l’atelier de l’ébéniste local est possible.

        Comme la personne qui ne vit qu’au rythme du levé et couché du soleil donc sans besoin d’électricité faisant quotidiennement ses achats de viande comme au 19ème siècle, pour peu qu’elle ne soit pas végétarienne/ flexitarienne / etc…

        si on lui met en face, celle qui va en soirée plusieurs fois par semaine, mange au restaurant 5 jours sur 7, chauffe son 3 piece au convecteur électrique au 7ème étage avec ascenseur à 25 degrés alors qu’elle n’y passe clairement pas la plupart de son temps, elle a beau prendre tous les transports en communs du monde pas sur que ce soit plus écolo .

        « un petit parc entouré d’une dizaine de tours de vingt d’étages « , le coût écologique et technique de construction d’entretien de se genre de construction n’est pas nécessairement moindre que celui de retaper les constructions ancienne disséminés dans la campagne et nécessaire à ce millier de personnes

        la diversité de mode de vie, des besoins et aspirations entre les individus est telle qu’on ne peut pas statuer de manière générale sur la qualité plus écologique de la ville où de la campagne. On pourra toujours comparer tel ville avec tel coin de campagne et en déduire une conclusion mais ça ne veut pas dire que ce sera vrai en tout lieu et tout instant.

        J'aime

      • @RE:N

        [une chaise sans clou taillée à même le tronc d’un arbre abattu a la main]

        En effet, mais alors on pourrait reporter le problème sur la manière de fabriquer la scie et les outils nécessaires pour travailler le bois.

        [et tracté par des chevaux dans l’atelier de l’ébéniste local].

        Vous considérez que le bilan écologique de la traction animale est nul ? L’alimentation des bovins consomme des surfaces énormes et elle est indirectement responsable de la déforestation. Si on généralisait le transport par chevaux cela poserait certainement le même genre de problèmes.

        [« un petit parc entouré d’une dizaine de tours de vingt d’étages « , le coût écologique et technique de construction d’entretien de se genre de construction n’est pas nécessairement moindre que celui de retaper les constructions ancienne disséminés dans la campagne et nécessaire à ce millier de personnes]

        On peut tout aussi bien rénover des immeubles non ? De toute manière dans les deux cas c’est la même chose. Si la tendance est que les gens vivant initialement en maison cherchent à emménager dans des immeubles (ce qui me semble souhaitable) il faudra construire plus d’immeubles. Si la tendance est que les gens vivant en immeubles emménagent dans des maisons, il faudra construire plus de maisons. On pourra bien retaper par ci par là quelques immeubles/maisons abandonnées, mais ça restera marginal.

        [chauffe son 3 piece au convecteur électrique]

        Je rebondis sur ce point (même si ça nous éloigne un peu du sujet). Vous prenez le chauffage électrique dans l’exemple du mode de vie d’une personne typiquement “pas écolo”, alors qu’il s’agit d’un des modes de chauffage les moins émetteurs en gaz à effet de serre. En effet, en France l’électricité est produite principalement à partir d’énergie nucléaire et hydraulique et émet très peu de co2. D’autant plus si l’on compare au autres modes de chauffages les plus utilisées que sont le gaz et le fioul. Beaucoup de français pensent, comme vous, que le chauffage électrique serait très polluant, cette idée s’est répandu car les mouvements “éco-romantiques” ont longtemps milité contre, afin d’affaiblir EDF et donc la filière nucléaire. Ca s’est traduit notamment par mesures insensés dans le RT2012 afin de dissuader le recours au chauffage électrique, dont l’objectif affiché était de soutenir les énergies renouvelables mais concrètement cela a surtout renforcé l’usage du gaz, et donc les émission de co2 et de particules fines…
        https://www.lemoniteur.fr/article/il-faut-le-dire-brutalement-la-rt-2012-favorise-le-gaz.1492294
        https://www.sauvonsleclimat.org/fr/base-documentaire/reglementation-technique-appliquee-au-batiment-rt-2020

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s